Le 9, 10 et 11 avril 2019 a eu lieu à Deauville le forum de la Qualité de Vie au Travail. Lors de ce très agréable moment, j’ai eu le plaisir d’intervenir sur la thématique : “ Le bonheur a-t-il sa place au travail ?”.

Le bonheur au travail est un thème hautement consensuel, sirupeux et surtout irritant à mes yeux. La tarte à la crème du management bienveillant.

Je ne vais pas m’épancher ici sur ma vision du bonheur au travail…Parlons plutôt de votre bonheur !

En préparant ma table ronde à Deauville, je me suis donc posé simplement la question : “Comment est on heureux ?”. J’avais déjà la réponse à “C’est quoi le bonheur ?”

Sont alors nés 13 principes qui m’ont portés et ont été décisifs dans ma quête du bonheur ces 3 dernières années. Je souhaite les partager avec vous.

On y va ?!

Mes 13 clés

  1. Prendre conscience de soi, de son être, de la chance d’être en vie ici et maintenant et profiter de nos 5 sens. “Aujourd’hui, le chant des hirondelles dans un arbre en plein milieu de la ville attire mon attention. Aucun souvenir de faire attention à ces signes auparavant ».
  2. Se rappeler en conscience que ce que nous “avons” est par nature fragile et impermanent. Avoir de la gratitude pour ce que nous avons déjà et ce que nous sommes. “Et si je perdais … ou et si je n’avais jamais eu…”
  3. Donner. La générosité, le partage est une de nos raisons d’être. “Donner” nous nourrit. Le don de soi est une forme d’amour universel. Il s’agit de la seule action qui se démultiplie plus on la partage contrairement à tous les biens & services qui se raréfient à mesure qu’on les distribue. Plus on donne de soi plus on est heureux de rendre heureux, plus la contagion opère. “M’arrêter auprès d’une personne sans domicile, m’accroupir à sa hauteur pour établir la communication et parler simplement avec elle, s’intéresser quelques minutes à sa vie sans attendre en retour”.
  4. Apprendre à s’aimer tel qu’on est et être indulgent avec soi même. Identifier et assumer sa partie sombre et la respecter. Elle fait partie de nous. Être fier de soi et de ce que nous apportons au monde simplement en phase avec ses valeurs, selon nos ressources et nos capacités. “Le droit à l’erreur dans ma relation avec mon adolescent et faire du mieux que je peux dans le respect mutuel”.
  5. Accueillir la vie, sans crispation, l’esprit et le cœur ouvert. Laisser venir les choses à nous simplement. Alors profitons et écoutons notre intuition. La vie s’aligne sur nos pensées. Nous créons le monde à l’image de nos pensées. La souplesse de notre esprit permet d’accueillir les événements et les individus en confiance et en sérénité. “Mes incertitudes, mes peurs vont se dissiper naturellement et la vie va me guider dans la mesure où j’ai confiance en elle.”
  6. Voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’on souhaiterait qu’elles soient.Nous sommes maître de nous même et pas du monde extérieur. L’évolution des êtres et des événements autour de nous ne passera que par notre évolution personnelle et notre posture au monde. Nous modifierons le monde en posant dessus notre regard personnel et singulier. Se libérer ainsi des attentes que nous exprimons aux autres et au monde. Tout en se fixant des objectifs, essayez de ne rien attendre en retour. Les choses positives reviendront…et pas toujours par où vous imaginez qu’elles reviennent.
  7. Les autres sont une richesse et non une menace. Nous avons peur des autres car nous avons peur de nos propres peurs. Nous projetons sur les autres nos peurs, ce que nous ne connaissons ou n’assumons pas de nous même. Faire ressentir simplement à l’autre qu’il est un être unique et singulier est une expérience rare. Nous récoltons ce que nous sommes. “Depuis 9 mois à Paris, à parcourir les gares, les rues, les transports…je n’ai eu que des sourires ou croisé que des personnes agréables”.
  8. Le jour où j’ai découvert que j’étais mon problème j’ai réalisé magiquement que j’étais ma solution. Ecoutez vous ! la richesse est bien en vous. LA solution ne viendra que de l’intérieur dans l’attitude que vous aurez face au monde et bien sûr face à vous même. Vous êtes responsable de vous et de vos réactions. Vous pouvez seul les corriger. “J’ai compris que j’étais le dénominateur commun de mes échecs affectifs successifs. Ainsi j’ai analysé, compris mes mécanismes, pris ma part et j’ai évolué”.
  9. Valoriser les événements difficiles que nous traversons. Avec le temps, que dois je en tirer ? en quoi cette expérience m’a fait grandir ? Comment suis je meilleur pour moi et les autres ? “Je ne vois pas assez mes enfants…la prochaine fois, je partagerai donc des moments intenses en leur présence et je serai alors totalement présent à eux”.
  10. Prenez le temps. Cheminez à votre rythme, par étape, sans pression. Soyez indulgent avec vous même. Le courage et l’envie sont les moteurs. Acceptez ne pas réussir tout de suite. Acceptez l’aide qu’on vous offre seulement si vous êtes prêt et volontaire au changement. “ Il m’a fallu 3 mois pour appeler ma coach, le temps d’être prêt à passer le pas”.
  11. Votre émotion : votre meilleur sentinelle. Identifier, nommer, appréhender la réaction de votre corps à un événement. Votre corps vous parle et vous envoie un message. Au delà de vos émotions c’est à dire au delà de quelques secondes, le mentale prend le relais pour créer les sentiments. Ce que vous faîtes de vos émotions est alors totalement de votre responsabilité. Vous pouvez dès lors modifier durablement les effets d’une émotion sur votre humeur.
  12. Bonne nouvelle : Vous n’êtes pas l’objet des réactions de l’autre, vous êtes son révélateur. Les reproches que nous faisons à l’autre sont ce que nous n’avons pas traité, réglé, digéré ou conscientisé au fond de nous. Il s’agit de ce que nous nous reprochons à nous même inconsciemment. Découvrir ce phénomène est une révélation puissante. Votre colère vous appartient et elle n’est pas dirigée contre l’autre mais contre vous. La bonne nouvelle est que vous êtes aussi le miroir de l’autre.  Son humeur lui appartient. Vous êtes juste un révélateur. Apprenez à vous découvrir et intégrez que vous n’êtes en rien propriétaire des réactions de l’autre. Détachez vous en.
  13. Respecter l’autre dans la vision qu’il a du monde, en somme essayez de ne pas juger. Cet exercice est fondamental car l’apaisement qu’il génère est majeur. L’articulation de nos pensées et croyances nous appartient. Il y a 7 milliards de réalité. Nous pouvons simplement dire à l’autre “Je vois les choses différemment. J’entends et comprends ce que tu me dis”. Entendons nous souvent : “et toi qu’en penses tu ?” Vouloir imposer son point de vue et vouloir convaincre l’autre est un moyen de se prouver qu’on existe. “ Dans mon environnement familial, ma posture a totalement changé depuis que je n’impose pas mes vues et réflexions. J’entends, je présente ma vision sur un sujet et ne rentre plus en conflit (ou rarement). J’existe par ailleurs”.

Il s’agit ici d’adapter cette grille de lecture à votre environnement et à vous. L’apprentissage passera par l’expérimentation. Essayez et dites moi comment ces clés fonctionnent pour votre Bonheur ?